Accueil » Ellis Bret Easton » Bret Easton Ellis et moi

Bret Easton Ellis et moi

Bizarre comme parfois on s’invente des souvenirs… Ou, en tout cas, bizarre comme on a l’impression d’être le seul à les avoir et de ne même plus en être sûr.

Ma rencontre avec Bret Easton Ellis (je ne parle pas d’une rencontre physique mais d’une rencontre avec un écrivain, ses bouquins) date de la parution d’American Psycho. Ou, en tout cas, c’est ce qu’il me semblait car, après enquête, je n’en suis plus si sûr. Tout d’abord, ma bibliothèque accueille bien American Psycho mais il s’agit d’une version de poche, datant de 1993. Ensuite, je me souviens que l’achat de ce roman avait été motivé par son passage à la télévision française. Et pas dans n’importe quelle émission, non, dans la sacro-sainte émission littéraire des années 80, je parle bien évidemment d’Apostrophe, animé par Bernard Pivot. J’ai encore en tête des images d’Ellis parlant anglais et présenté, discuté, par les autres invités (aucun souvenir précis de qui il s’agissait) alors que je me disais qu’il ne devait pas tout comprendre malgré l’oreillette fichée dans son oreille. Je me souviens d’une certaine condescendance de la part d’écrivains installés, évoquant, en ce qui concernait Ellis un succès dû surtout au scandale du sujet et de son traitement plutôt violent. Il devait bien y avoir parmi eux un défenseur, un type persuadé de son talent mais ce qui m’avait avant tout poussé à acquérir le bouquin était ce jugement de l’establishment (d’un certain establishment) prédisant son retour rapide à l’oubli… Résultat, c’est eux que j’ai oubliés et c’est Ellis qui trône parmi d’autres romans dans ma bibliothèque, tous ses bouquins sont là. J’ai donc des souvenirs de cette émission dont je ne suis pas parvenu à retrouver la trace. C’est quand même fort, non ? Plus fort que le roquefort, comme disait je ne sais plus qui, peut-être Séraphin Lampion dans une de ses fameuses apparitions tintinesques.

Bref, revenons à cet auteur et parcourons rapidement sa vie telle qu’on peut la voir sur les différents endroits de la Toile, et, comme je l’ai dit précédemment, on a de quoi faire en matière de sources, c’est pourquoi je ne m’attarderai pas trop.

Bret Easton Ellis est donc né en 1964 à Los Angeles. Il est né au sein d’une famille aisée et, après des études secondaires dans un établissement privé, il s’intéresse à la musique, l’étudie. Alors qu’il n’est encore qu’étudiant, il joue dans divers groupes et publie son premier roman qui est bien reçu. Il est associé au Brat Pack, un groupe de jeunes écrivains dans lequel on trouve également Jay McInerney, Mark Lindquist et Tama Janovitz, groupe d’écrivains qui a pour point commun de décrire une certaine frange de la société, une certaine époque, de manière assez acerbe, sans pitié. Un groupe d’écrivains dont seul Ellis et McInerney sont arrivés de ce côté-ci de l’Atlantique. Je reviendrai sur le Brat Pack (fine allusion au Rat Pack de Sinatra et consorts mais qui, cette fois, désigne des gamins (brat) gâtés, doués…).

Ellis va poursuivre une œuvre satirique, comme il le dit lui-même, sur son époque et ce qu’elle engendre. Il ne s’épargnera pas, se mettant en scène dans son roman Lunar Park, triturant  cette image qui lui colle à la peau. Car le succès qu’il rencontre avec son troisième roman va faire de lui l’un des écrivains majeurs de la fin du XXème siècle et du début du XXIème et ce succès va faire de lui un écrivain médiatisé à outrance. Il jouera avec cette image tout en s’en plaignant en vrai personnage de l’époque qu’il décrit. J’ai évoqué précédemment ses influences et je reviendrai prochainement sur son œuvre, roman par roman.

Publicités

Une réflexion sur “Bret Easton Ellis et moi

  1. Pingback: David Peace dans mes rayonnages | Moeurs Noires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s