Accueil » XIII » XIII, amnésie, identités et conspiration

XIII, amnésie, identités et conspiration

C’est en 1984 que paraît le premier album de la série. Jean Van Hamme est un scénariste reconnu et William Vance, exerçant depuis quelques années déjà, ne va pas tarder à l’être pour ses dessins.

Quelques années auparavant, en 1980, est paru le roman de Robert Ludlum, La mémoire dans la peau (The Bourne Identity), dont Van  Hamme s’inspire largement pour cette série. Il s’agit d’une variation sur un même thème de départ… 

 Le jour du soleil noir est un album qui lorgne ostensiblement du côté du thriller, le thriller cinématographique états-Le jour du soleil noir (Dargaud, 1984)unien, le thriller politique ou d’espionnage, celui qui fit les beaux jours du septième art dans les années 70, dans la lignée des Trois jours du Condor ou plus proche de nous de I comme Icare.

Un homme est retrouvé, échoué sur une plage par un couple de retraités. Blessé par une balle qui a frôlé sa boîte crânienne, il est soigné par un médecin ayant interdiction d’exercer… Très rapidement, le constat s’impose, cet homme est frappé d’amnésie, ses sauveurs l’appelleront donc Allan, prénom de leur fils disparu. Très vite, son passé le rattrape, une course-poursuite s’engage entre Allan, l’homme dont le seul signe distinctif est un tatouage en chiffre romain juste au dessus de la clavicule gauche, et des tueurs qui vont semer le chaos autour de lui… Allan, ou XIII, veut savoir qui il est et va ainsi partir à la recherche de son passé, exploitant le moindre indice laissé par ses poursuivants. Poursuivants qui se multiplient, tueurs et services secrets se tirant la bourre.

Avec ce premier opus, l’action se révèle efficace et le lien fait avec l’histoire récente des Etats-Unis ajoute un attrait. Une nouvelle variation autour du meurtre de Kennedy, une nouvelle visite dans les années soixante de ce pays.

Un an plus tard, paraît le deuxième opus, Là où va l’indien….

Allan Smith, après s’être appelé Jake Shelton, ne sait toujours pas qui il est. Il sait seulement qu’il est le meurtrier du président Sheridan. Le numéro XIII d’une conspiration dont il a fait parti mais dont il a tout oublié, la mémoire lui Là où va l'indien... (Dargaud, 1985)faisant encore défaut. Une certaine mémoire, celle de son passé. Mais celle qui renferme tout ce qu’il a pu apprendre, comme se battre et combattre à la manière d’un soldat d’élite, cette mémoire didactique, elle, lui est resté.

XIII suit cette fois une nouvelle piste, celle de Kim Rowland. Cette femme, qui s’est fait passée pour l’épouse de Shelton, est en fait la veuve d’un soldat, Steve. Et elle lui a donné un rendez-vous pour le moins mystérieux. XIII comprend très vite qu’il est ce Steve Rowland, soldat soit disant tué dans un accident d’hélicoptère. Il va trouver sa famille et plonger dans un nid de vipère, mais il doit comprendre le message de Kim Rowland.

Après le colonel Amos et la Mangouste dans le premier tome, d’autres personnages importants de la série font leur apparition, le général Carrington et le lieutenant Jones notamment.

Une nouvelle fois, comme dans le premier tome, XIII est pris au piège d’une machination… Cette fois, on veut lui faire porter le chapeau pour un double meurtre…

XIII fuit encore et toujours. Il fuit la police, les tueurs lancés à ses trousses, les services secrets chargés d’enquêter sur l’assassinat du président Sheridan et la conspiration qui l’a planifié.

Et ça se précise, d’un pays indéterminé faisant furieusement penser aux Etats-Unis, on passe cette fois aux Etats-Unis, les vrais. Un choix de William Vance, un choix fait quand il s’est agit de dessiner les uniformes des soldats impliqués dans l’intrigue.

On se laisse prendre une nouvelle fois par la recherche de cet homme, recherche de la vérité en même temps que celle de son identité. C’est efficace, rondement mené et on a une nouvelle fois envie de savoir ce qu’il se passe ensuite…

C’est de nouveau un an après, en 1986, que paraît l’opus suivant, Toutes les larmes de l’enfer.

N’étant pas parvenu à s’enfuir une fois de plus, XIII est emprisonné dans une prison de haute sécurité. Mais même enfermé, il reste un témoin gênant.

Il reste un témoin gênant mais peut également être examiné à loisirs… Après la confirmation de son amnésie, c’est Toutes les larmes de l'enfer (Dargaud, 1986)cette fois une autre découverte clinique qui relance le mystère… XIII a subi une opération de chirurgie plastique afin de ressembler au capitaine Steve Rowland. Tandis qu’à l’extérieur, le général Carrington est sollicité par Amos et Allenby pour aider à la recherche de celui qui aurait pu prendre la place de Rowland, XIII cherche à l’intérieur à s’échapper d’un univers carcéral particulièrement gratiné. D’autant qu’il est l’objet d’une attention toute spéciale d’un médecin qui se fait fort de lui redonner la mémoire à coup d’électrochocs. Un peu barbare.

Après la chasse à l’homme subie par un homme dont on ne sait pas s’il est innocent ou coupable, ce qui donne un certain piment à l’histoire, ne pas savoir si l’on s’attache à un bon ou un méchant, après cette chasse à l’homme, nous voici dans l’univers carcéral, un autre classique. On passe un peu de La mort aux trousses à L’évadé d’Alcatraz. Même si on pourrait penser à un certain exercice périlleux, ça passe… C’est à l’extérieur que l’action se poursuit. Dans la recherche de l’identité de XIII par les autres… A l’intérieur, il faut l’arrivée de Jones pour reprendre le cours du récit, abandonné quelques pages, le temps d’approfondir les rôles secondaires.

Avec les deux albums suivants, la série va connaître un premier pic, une première apogée dans la lutte contre la conspiration des XX dont XIII est le… treizième élèment.

Publicités

Une réflexion sur “XIII, amnésie, identités et conspiration

  1. Pingback: XIII, identité, entraînement et conspiration | Moeurs Noires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s