Accueil » XIII » XIII, identité, entraînement et conspiration

XIII, identité, entraînement et conspiration

C’est toujours au rythme d’un opus par an que se poursuit la série.

En 1987 paraît SPADS. XIII marche sur les traces de Ross Tanner, le soldat qui a vraisemblablement pris la place de Steve Rowland pour remonter aux sources de la conspiration des XX. Quête avortée à peine commencée d’une balle en pleine tête, ou la frôlant, pour les conséquences que l’on sait…

La construction est la même que dans le volume précédent. Pendant que XIII se démène pour échapper à une SPADS (Dargaud, 1987)machination qui s’acharne sur lui, les huiles tentent de dénouer les fils d’une succession de complots dont le point central est l’identité de l’amnésique.

XIII est en plein entraînement dans un bataillon d’élite, les SPADS… Petit à petit des inimitiés se font jour, inimitiés qui vont se révéler comme ayant toujours la même origine, le besoin d’éliminer XIII qui, malgré son amnésie, reste un témoin gênant. Un témoin qui pourrait permettre de remonter aux chefs du complot…

Une nouvelle identité possible est révélée pour XIII au cours de cet album qui voit apparaitre Betty Barnowski, une femme engagée dans l’armée mais qui va devenir une fidèle du héros récurrent.

Une nouvelle fois, Carrington et Jones sont des alliés précieux dans cet opus qui pourrait rappeler par certains aspects Le maître de guerre (Heartbreak Ridge) de Clint Eastwood, datant de l’année précédente. Il pourrait également, et toujours, faire penser à ces grands classiques de l’espionnage ou du faux-coupable, cher à Hitchcock entre autres.

Un opus qui voit se découvrir certains membres de la conspiration… mais les têtes pensantes ne sont toujours pas là.

En 1988, un premier moment-clé est mis en scène. Une première lutte ouverte contre le complot des XX.

Dans Rouge total, l’actualité du pays est double.

D’un côté, il y a la campagne électorale pour la présidence qui voit s’affronter Joseph Galbrain, le vice-président de William B. Sheridan devenu président après son assassinat, et Wally Sheridan, le propre frère du président défunt.Rouge total (Dargaud, 1988)

De l’autre côté, de vastes manœuvres de l’armée sont mises en place, une répétition grandeur nature d’une invasion du pays par des troupes hostiles… Ces deux événements vont se télescoper et XIII vient y ajouter son grain de sel.

Cette fois, notre amnésique se dénomme Jason Fly. Et sa recherche d’identité va l’amener à se frotter aux numéros II et III de la conspiration qui prend la forme d’une tentative de coup d’état à la faveur de ces fameuses manœuvres grandeur nature.

C’est toujours l’aspect militaire qui prend le pas mais d’une manière particulièrement paranoïaque, très fidèle à l’image que ce grand pays d’outre Atlantique nous renvoie régulièrement. Une paranoïa tellement prononcée qu’elle en arrive à produire ses propres ennemis, ceux qui, sous couvert de vouloir protéger la démocratie, rêvent d’une dictature…

Les destins de Jones et de XIII deviennent véritablement prenants, la somme des opus commence à profiter à la série et en faire une œuvre d’une certaine richesse.

Après ce premier point d’orgue, la série va repartir de plus belle et nous offrir une succession de trois volumes que je trouve la plus intéressante de l’ensemble…

Publicités

2 réflexions sur “XIII, identité, entraînement et conspiration

  1. Pingback: XIII, passé et numéro I | Moeurs Noires

  2. Pingback: XIII à la relance… | Moeurs Noires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s