Accueil » XIII » XIII, Costa Verde, racines et fin du complot

XIII, Costa Verde, racines et fin du complot

Après avoir découvert l’identité du numéro I du complot des XX, Jason MacLane, alias XIII, est contraint de fuir les Etats-Unis. Il trouve refuge auprès du marquis Armand de Préseau. Nous en sommes là quand débute Pour Maria, album paru en 1993 chez Dargaud.

Pour relancer la série, XIII s’expatrie. Ce sont cette fois les relations des Etats-Unis avec certains de ses voisins qui vont Pour Maria (Dargaud, 1992)constituer l’ingrédient principal de l’intrigue. La politique extérieure et les relations économiques, deux intérêts n’allant pas toujours de paire.

XIII se découvre un passé au Costa Verde, un pays d’Amérique centrale à l’actualité mouvementé, passé d’un gouvernement de gauche, proche de Cuba à un gouvernement proche de l’armée et soutenu par les états-uniens. Jason MacLane aurait pris part aux derniers soubresauts politiques de ce petit pays. Il aurait épousé une jeune femme, Maria, fille du président récemment assassiné. MacLane, qui se faisait alors appeler Kelly Brian, est appelé à la rescousse pour délivrer son épouse des geôles du Costa Verde.

Son retour pourrait aussi relancer la résistance puisqu’il avait su se rendre populaire, grâce à des actions d’éclats qui lui avaient valu le surnom d’El Cascador…

C’est en 1994 que paraît la suite de l’opus costaverdien, El Cascador. XIII essaie d’échapper à des poursuivants qui ne lui veulent pas que du bien tout en cherchant à savoir s’il est bien ce Kelly Brian, Che Guevara du Costa Verde, dont la photo du cadavre a fait le tour du monde…

Tandis que Jason MacLane lutte, un groupe se forme autour de lui. Fidèles qui l’ont toujours soutenu dans ces El Cascador (Dargaud, 1994)différentes aventures, le major Jones, Betty et Armand de Préseau, et même, plus éloigné, le général Carrington.

XIII découvre un nouveau pan de son passé. Un pan qui garde une certaine part de mystère puisque les motivations qui l’ont mené là restent obscures. Mais dans la petite troupe qui l’accompagne, un nouveau venu pourrait l’aider à y voir plus clair, Sean Mullway. Ce trafiquant expatrié au Costa Verde l’a côtoyé lorsqu’il était Kelly Brian… De plus, il porte le nom de la propre mère de MacLane…

Sean Mullway va lui parler de ses racines, ses origines.

Trois montres d’argent paraît en 1995. Il est essentiellement constitué d’une histoire que Sean Mullway raconte à MacLane. L’histoire des origines de leur famille, l’histoire de trois irlandais qui vont choisir d’émigrer aux Etats-Unis…

Après avoir parcouru l’histoire contemporaine des Etats-Unis et quelques formes de fiction qui lui sont intimement liés, Trois montres d'argent (Dargaud, 1995)Van Hamme et Vance se penchent sur l’histoire d’une population ayant pris la place des occupants d’origine… Occupants d’origine absents de la série. Une certaine vision de l’histoire du pays.

Ce sont trois jeunes hommes venus d’Europe que nous suivons donc. Ils vont se trouver aux prises avec la mafia après avoir rendu le commerce de leur beau-père florissant… Leurs descendants vont prendre part à la deuxième guerre mondiale et s’intégrer à un pays en s’intégrant à différents aspects du pouvoir tel qu’il nous est servi depuis longtemps dans la fiction états-unienne. La mafia, la police et le journalisme mènent à tout.

C’est une famille emblématique qui nous est servi…

Van Hamme et Vance ont décidé, avec cette série, de nous délivrer une vision fantasmée d’un pays. Ils se sont tenus à leur idée, leur choix. Cette série va connaître une conclusion faisant la part belle à la paranoïa qui va de paire avec tout ce qu’ils ont jusqu’ici présenté… Une fin spectaculaire juste avant le numéro treize.

En 1997 arrive sur les gondoles ce qui apparaît alors comme la conclusion d’une série rythmée qui aura parcouru un pays au travers des différents aspects qu’il met lui-même en avant. En scène. Ce douzième opus de la série s’intitule Le jugement.

La paranoïa reprend le dessus et le complot des XX va se conclure dans cet album. Le personnage central est mis quelque peu à l’écart dans cette conclusion. Van Hamme semble avoir constamment hésité dans cette série entre le Le jugement (Dargaud, 1997)pays et XIII… Les albums oscillant de l’un à l’autre sans qu’un parti pris soit définitivement arrêté. C’est un défaut, une frustration parfois pour le lecteur, mais ça peut également représenter son originalité, son attrait. Les personnages auront perdu l’épaisseur qu’ils pouvaient espérer mais la série aura ainsi gardé un certain rythme… Difficile de savoir si ce sont ces choix qui empêchent la série d’atteindre à une qualité qu’elle aura frôlé à certains moments, notamment avec les opus Le dossier Jason Fly et La nuit du 3 août qui avaient pour eux de mettre en avant les conséquences que l’histoire d’un pays malade pouvait avoir sur un destin individuel. Cette fois, c’est l’impact qu’une ambition individuelle peut avoir sur tout un pays qui est mis en avant. Ce que l’individualisme forcené peut contenir de plus néfaste…

Après ces douze albums, c’est une série à la fois plaisante et frustrante qui nous a été offerte. Loin de la vision hallucinée d’un James Ellroy ou plus apaisée d’un Dennis Lehane… Un hommage à un pays et aux fictions qu’il a véhiculées, avec les limites que ce genre d’exercice peut comporter.

Mais contrairement à l’impression du moment, lors de la sortie du Jugement, la série va être relancée. De manière quelque peu artificielle au départ mais pour nous apporter au final deux de ses opus les plus intéressants.

Publicités

3 réflexions sur “XIII, Costa Verde, racines et fin du complot

  1. Pingback: XIII, passé et numéro I | Moeurs Noires

  2. Pingback: XIII à la relance… | Moeurs Noires

  3. Pingback: XIII, Van Hamme, Vance et Giraud à la conclusion | Moeurs Noires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s