Accueil » O'Connell Jack » Jack O’Connell entoilé

Jack O’Connell entoilé

Début d’un nouveau parcours de l’œuvre d’un auteur… Un auteur peu connu, peu reconnu. Dont la renommée ne reflète en rien le talent.

Jack O’Connell est né dans le Massachussett, sur la côte Est des Etats-Unis, dans la ville de Worcester en 1959. Il y a étudié et y vit toujours. Il partage son patronyme avec quelques autres anglo-saxons, parmi lesquels certains sont connus, un acteur britannique et un autre états-unien, notamment. C’est d’ailleurs ce que nous rappelle en préambule de son article, le site du magazine Première. On aurait pu y ajouter un diplomate, un homme politique, un footballeur et même un cinéaste. Je ne sais pas si le fait que son nom soit si partagé est une explication à son relatif anonymat, peut-être une explication, un facteur aggravant, mais certainement pas la raison principale.

Même s’il souffre d’un manque d’exposition, on peut tout de même trouver quelques informations à son sujet sur la toile. Fini le temps où certains auteurs restaient complètement dans l’ombre…

Le romancier bénéficie ainsi depuis peu d’un article dans la version française de l’encyclopédie libre et collaborative la plus célèbre du web. Il semble moins connu dans son pays que dans le nôtre, une courte présentation de Mysterious Press l’évoque tout de même.

Il parvient, en France, à provoquer l’une de ces remarques que nous prisons tant, celle du polar comme sous-genre, dont O’Connell ne fait, du coup, pas vraiment parti puisqu’il sait écrire. Décidément, les caricatures, les clichés, ont la vie dure. C’est cette fois L’humanité qui s’y colle en publiant un texte court de Cédric Fabre.

O’Connell a bénéficié d’une présentation à l’occasion du festival des Belles Etrangères dont il était l’un des invités. Si vous voulez entendre sa voix, le Cercle Polar de Télérama l’a invité lors d’une de ses émissions.

Enfin, et avant d’en parler plus longuement, deux sites méritent plus particulièrement le détour. Le premier est le blog de l’auteur Antoine Chainas qui, dans une chronique datant de 2010, parle à propos de l’œuvre d’O’Connell d’un “confort bancal”. Le second est le site Géopolar qui, en situant la ville imaginaire de Quinsigamond, propose plusieurs citations de l’auteur permettant une approche intéressante de son œuvre.

Je parlerai bientôt des romans de Jack O’Connell, un ensemble qui, plus qu’un simple détour, mérite qu’on s’y attarde, car ce romancier est un auteur de grande qualité. Un grand. Juste avant, je vous raconterai rapidement comment j’ai fait connaissance avec son œuvre.

Publicités

Une réflexion sur “Jack O’Connell entoilé

  1. Pingback: Jack O’Connell découvert | Moeurs Noires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s