Virginie Despentes, la balade sauvage de Manu et Nadine

En 1992, Virginie Despentes écrit Baise-moi en un mois. Le manuscrit est tout d’abord refusé par plusieurs maisons d’éditions jusqu’à ce qu’il arrive entre les mains de Florent Massot. Publié en 1994, il connait le succès grâce au bouche-à-oreille qu’il suscite.

 

Nadine regarde un porno quand Séverine, sa colocataire, rentre pour manger, contrairement à ce qu’elle avait annoncé. Après un début de dispute, Nadine éteint la Baise-moi (Florent Massot, 1994)télé et Séverine se plaint d’avoir cédé trop rapidement à son dernier amant en date. Une fois Séverine repartie, Nadine met son casque de walkman sur les oreilles et enclenche Get Whacked des Suicidal Tendencies tout en remettant le porno qu’elle regardait.

Un gamin est venu tanner Manu à son appart pour qu’elle réagisse à la mort en prison de Camel, retrouvé pendu dans sa cellule alors qu’il n’avait pas de tendances suicidaires. Mais Manu se contente d’écouter le môme et de constater une fois de plus son absence de motivation pour toute action. Elle ne pense qu’à ce qu’elle consomme et boit.

Deux femmes aux prises avec la société. L’une trafique, l’autre tapine. Certains hommes les protègent pour mieux tirer partie des services qu’elles peuvent rendre, des hommes qui considèrent qu’elles doivent accepter leur sort. Qui profitent de leur emprise, des sentiments qu’elles nourrissent. De la force dont ils abusent, allant jusqu’au viol sans culpabiliser plus que ça. Mais la violence subie pour ne pas se faire complètement fracasser fait remonter le dégoût de la soumission. Jusqu’à ne plus être supportable.

Et les cadavres surgissent. Témoin ou coupable, Manu et Nadine ne se laissent plus faire et c’est toute la société qui trinque sans exception, sans épargner personne. A commencer par ceux qui les traitent comme des moins que rien, qui traitent tout le monde comme des moins que rien.

Puis ça continue.

 

Une rencontre entre deux femmes qui survivent et qui décident de s’épauler après avoir déguerpi en Bretagne. Argent et voiture volés ne constituent que le début d’une folle trajectoire. Entre drogue et alcool, sexe et meurtres. Entre deux hôtels.

Sur leur chemin, elles croisent des individus pas plus à la fête et canardent à tout va.

Pour son premier roman, Virginie Despentes va jusqu’au bout, ne nous épargne rien, dans cette épopée au bout du noir, nihiliste et violente. Pas vraiment de questions posées par les deux personnages principaux, pas de revendications, juste une balade guidée par l’instinct, la satisfaction de l’envie présente, le besoin de ne plus subir. De vivre sans entrave leur condition.

Manu et Nadine partagent tout, s’entrainent.

 

C’est un premier roman coup de poing comme on dit si souvent, mais celui-là l’est vraiment. Aucune intention de nous caresser dans le sens du poil, uppercuts et directs s’enchainent, jusqu’au dégoût, à la subjugation. Lecture bouche bée, en apnée, éberluée.

Un roman qui dérange, qui ne cherchent pas à plaire et qui parvient pourtant à s’imprimer dans notre cerveau, à ne pas en sortir et à marquer.

 

Dès le début de son parcours littéraire, Despentes marque son territoire, s’installe et nous déstabilise. Nous décrivant un monde sans espoir, loin de vies rêvées.

Elle poursuit dans cette veine avec son roman suivant, Les Chiennes savantes, une histoire de règlements de compte dans le monde de la prostitution et du sexe tarifé.

Publicités

Virginie Despentes et la Toile

Lorsqu’elle arrive dans le paysage littéraire français, Virginie Despentes est aussi surprise que ceux qui vont la lire. C’est un manuscrit qu’elle croyait perdu, écrit deux ans auparavant, qui est publié par Florent Massot. Une arrivée qui marque. Qui aura provoqué des réactions particulièrement contrastées.

Pour faire le tour de l’auteure, pas sûr qu’Internet soit le bon endroit, pas sûr d’ailleurs qu’elle ait déjà dévoilé autant que ça d’elle. Après tout, une écrivaine donne à voir son œuvre, pas forcément autre chose… et c’est bien les romans qui intéressent les lecteurs, pour la vie et tous ses petits secrets, il y a les abonnements à certains magazines. Despentes ne se cache pas vraiment, elle est engagée, profite de sa notoriété pour certains combats et c’est sûrement ce qui lui importe le plus.

Si vous souhaitez la cerner un peu mieux, voici quand même quelques sites, quelques pages qui nous permettent de la connaître davantage.

Son éditeur nous parle d’elle et de son actualité, comme il se doit. L’encyclopédie collaborative désormais incontournable nous offre dans un article une synthèse de ce qu’on sait d’elle, de ce qu’on dit de son œuvre. Brut se fend d’une présentation rapide à travers une vidéo de 3 minutes. France Culture nous propose également une courte biographie de la romancière et passe en revue son actualité, sur son antenne ou ailleurs. Sens Critique parcourt ses publications (il n’y a pas que des romans).

Enfin, pour mesurer le chemin parcouru par l’auteure depuis ses débuts et la place qu’elle occupe désormais dans le paysage littéraire (peut-être que le chemin effectué par le milieu germanopratin est aussi à prendre en compte), il y a cet article du Figaro qui rend compte du prix qu’à reçu Virginie Despentes cette année, il s’agit de celui décerné par la BNF. On n’oubliera pas qu’elle fait désormais partie du jury du prestigieux prix Goncourt.

Je vais me contenter, pour ma part, de vous parler de ses romans très bientôt. Ils ont leur place dans le genre privilégié sur Mœurs Noires même si il est rare qu’une femme soit considérée comme auteure de roman noir…