Accueil » Higashino Keigo » Keigo Higashino, Big Bee en stationnaire sur Shinyo

Keigo Higashino, Big Bee en stationnaire sur Shinyo

En 1998, paraît le deuxième roman, chronologiquement, parmi ceux traduits en français, de Keigo Higashino, Tenkuu No Hachi. Il arrive jusqu’à nous en 2013, traduit par Sophie Rèfle, devenant La Prophétie de l’abeille dans notre langue.

Une conversation téléphonique entre deux hommes confirme le début du jeu, la météo s’annonçant radieuse.
Il est à peine sept heures quand deux ingénieurs, Yuhara et Yamashita, arrivent avec leur famille à leur usine, celle de la Nishiki Heavy Indutries à Komaki. C’est une journée importante, le projet sur lequel ils travaillent depuis cinq ans va être présenté à ses destinataires, les forces d’autodéfense. Il s’agit d’un hélicoptère équipé de commandes électroniques. Alors que les deux collègues se rendent à leur bureau pour peaufiner la présentation, leurs femmes et leurs garçons attendent au foyer. Les garçons, autorisés à sortir, ne tiennent plus et vont, malgré les interdictions, jusqu’au hangar où se trouve l’hélicoptère. Leur curiosité étant trop forte, ils montent même dedans. Mais alors que Atsuko Yuhara en descend, les portes du hangar s’ouvrent et l’hélicoptère démarre tout seul. Keita Yamashita n’ose plus en sortir et l’hélicoptère s’envole, l’emportant avec lui.
A quelques kilomètres de là, les habitants de la presqu’île de Shinyo voient l’hélicoptère de très grande taille, c’est une autre de ses caractéristiques, se mettre en vol stationnaire au-dessus du surgénérateur de la centrale expérimentale qui se trouve là.
Les responsables de l’audacieux vol envoient leurs revendications. Ils veulent que le gouvernement japonais cesse la production de toutes les centrales nucléaires sinon l’hélicoptère s’écrasera sur le surgénérateur.

Pour quelques heures, le pays est tenu en haleine par ce chantage et se repose la question de l’énergie nucléaire sur laquelle la plupart des habitants préféraient fermer les yeux.

Keigo Higashino nous propose un thriller prenant et qui nous pousse à nous interroger. Il multiplie les personnages sans nous perdre, en nous rappelant de qui il s’agit à chaque fois que l’on recroise l’un d’entre eux. Il entre dans les détails techniques, un minimum, pour que nous comprenions comment l’hélicoptère a pu être volé, transformé en jouet télécommandé, les risques que la centrale court et toutes les autres centrales même si les manières d’exploiter l’énergie nucléaire y sont différentes. Tout cela nous permet de comprendre mieux les enjeux.
Les rebondissements et les divers enjeux nous tiennent en haleine. Le garçon prisonnier de l’hélicoptère télécommandé, la centrale qui doit tenter de réduire les conséquences de la catastrophe qui menace, les enquêteurs qui suivent des pistes les rapprochant des terroristes et les terroristes eux-mêmes, agissant pour la bonne cause. Higashino ne nous cache rien des différents aspects de l’histoire, il les utilise, les exploitent pour en nourrir le suspens qu’il nous livre.
A travers son intrigue prenante, l’auteur nous offre également une description d’une société qui préfère regarder ailleurs que se poser des questions sur les dangers qui menacent, les dangers qu’elle a créé juste pour son confort en oubliant d’en étudier les conséquences ou en fermant les yeux dessus. Les hommes politiques qui amplifient la propension à détourner le regard plutôt que s’interroger se trouvent tout à coup devant un danger qu’ils n’osaient imaginer et pointer du doigt par une opinion publique qui prend soudain conscience ou qui ose enfin exprimer ses doutes et ses peurs. Les terroristes menacent surtout une société bâtie sur une exploitation sans éthiques des ressources et de l’environnement.
Il y a un véritable discours derrière ce roman, peut-être inspiré d’autres catastrophes mais anticipant le revirement des japonais à la suite du tsunami de 2011 et de ses conséquences sur la centrale de Fukushima. Malgré tous les discours rassurants, on ne peut maîtriser un accident nucléaire.

Une nouvelle fois, après La Maison où je suis mort autrefois, Higashino nous déstabilise, nous pousse à nous questionner, confort contre environnement, court terme contre long terme. A quelle échelle de temps l’homme est-il capable de penser, de se sentir concerné ?
Non seulement nous sommes pris par une intrigue efficace mais également par une question de société primordiale. Nous ne pourrons longtemps encore nous contenter de regarder ailleurs (une expression déjà entendue quelque part, je sais).

Un an après ce roman, paraît le roman suivant parmi ceux traduits en français. Il met de nouveau l’accent sur certains événements de l’enfance et leurs conséquences et s’intitule La Lumière de la nuit.

3 réflexions sur “Keigo Higashino, Big Bee en stationnaire sur Shinyo

  1. Pingback: Keigo Higashino, Sayaka, maison mystérieuse et souvenirs d’enfance | Moeurs Noires

  2. Pingback: Keigo Higashino, ici et là, sur la Toile et au-delà | Moeurs Noires

  3. Pingback: Keigo Higashino, le meurtre de Kirihara et les vingt ans qui suivent | Moeurs Noires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s