Accueil » Bibliographie » Auteurs de S à U

Auteurs de S à U

Sallis, James :

Le faucheux. Paris, Gallimard, 1998
(traduit par Jeanne Guyon et Patrick Raynal de : The long-legged fly. New York, Carroll and Graf, 1992)
Papillon de nuit. Paris, Gallimard, 2000
(traduit par Elisabeth Guinsbourg avec Stéphanie Estournet de : Moth. New York, Carroll and Graf, 1993)
Le frelon noir. Paris, Gallimard, 2001
(traduit par Elisabeth Guinsbourg avec Stéphanie Estournet de : Black Hornet. New York, Carroll and Graff, 1996)
La mort aura tes yeux. Paris, Gallimard, 1999
(traduit par Elisabeth Guinsbourg de : Death will have your eyes. New York, St Martins, 1996)
L’œil du criquet. Paris, Gallimard, 2003
(traduit par Isabelle Maillet et Patrick Raynal de : Eye of the cricket. New York, Waker & Co., 1997)
Bluebottle. Paris, Gallimard, 2005
(traduit par Isabelle Maillet de : Bluebottle. New York, Walker & Co., 1999)
Bête à bon dieu. Paris, Gallimard, 2005
(traduit par Stéphanie Estournet et Sean Seago de : Ghost of a flea. New York, Walker & Co., 2001)
Bois mort. Paris, Gallimard, 2006
(traduit par Stéphanie Estournet et Sean Seago de : Cypress Grove. New York, Walker & Co., 2003)
Drive. Paris, Rivages & Payot, 2006
(traduit par Isabelle Maillet de : Drive. Scottsdale, Poisoned Pen, 2005)
Cripple Creek. Paris, Gallimard, 2007
(traduit par Stéphanie Estournet et Sean Seago de : Cripple Creek. New York, Walker & Co., 2005)
Salt River. Paris, Gallimard, 2010
(traduit par Isabelle Maillet de : Salt River. New York, Walker & Co., 2007)
Le tueur se meurt. Paris, Payot & rivages, 2013
(traduit par Christophe Mercier et Jeanne Guyon de : The killer is dying. New York, Walker & Co., 2011)
Driven. Paris, Payot & Rivages, 2013
(traduit par Hubert Tézenas de : Driven. Scottsdale, Poisoned Pen, 2012)
Willnot. Paris, Payot & Rivages, 2019
(traduit par Hubert Tézenas de : Willnot. New York, Bloomsbury, 2016)

Salter, James :

Pour la gloire. Paris, L’Olivier, 2015
(traduit par Philippe Garnier de : The Hunters. New York, Harpers & Brothers, 1957)
Cassada. Paris, L’Olivier, 2001
[traduit par Jean-François Ménard de : Cassada. Berkeley, Counterpoint, 2000
(réécriture de The arm of flesh. New York, Harpers & Brothers, 1961)]
Un sport et un passe-temps. Paris, L’Olivier, 1996
(traduit par Philippe Garnier de : A sport and a pastime. New York, Doubleday, 1967)
Un bonheur parfait. Paris, L’Olivier, 1997
(traduit par Lisa Rosenbaum et Anne Rabinovitch de : Light Years. New York, Random House, 1975)
L’homme des hautes solitudes. Paris, Denoël, 1981
(traduit par Antoine Deseix de : Solo Faces. Boston, Little, Brown and Company, 1979)
Une vie à brûler. Paris, L’Olivier, 1999
(traduit par Philippe Garnier de : Burning the days. New York, Random House, 1997)
Et rien d’autre. Paris, L’Olivier, 2014
(traduit par Marc Amfreville de : All that is. New York, Knopf, 2013)

Sayers, Dorothy L. :

Lord Peter et l’inconnu. Paris, Librairie des Champs-Elysées, 1939
(traduit par L. Sevicen de : Whose Body ? Londres, Fisher Unwin, 1923)
Trop de témoins pour Lord Peter. Paris, Librairie des Champs-Elysées, 1954
(traduit par Roger Loriot (1948) sous le titre Le Duc est un assassin puis par Clarisse Fremiet de : Clouds of Witness. Londres, Fisher Unwin, 1926)
Arrêt du cœur. Paris, La Nouvelle revue critique, 1938
(traduit par S. Lechevrel de : Unnatural Death. Londres, Ernest Benn, 1927 (puis par Léo Vallin sous le titre L’autopsie n’a rien donné. Paris, Londres, Morgan, 1947))
Lord Peter devant le cadavre. Paris, Librairie des Champs-Elysées, 1934
(traduit par Marie Gally de : Lord Peter Views the Body. Londres, Gollancz, 1928)
Lord Peter et le Bellona Club. Paris, Librairie des Champs-Elysées, 1935
(traduit par Marie Mavraud de : The Unpleasantness at the Bellona Club. Londres, Ernest Benn, 1928)
Les pieces du dossier. Paris, Librairie des Champs-Elysées, 1947
(traduit par Yvonne Paraf de : The Documents in the Case. Londres, Ernest Benn, 1930)
Poison violent. Paris, J’ai lu, 1984
(traduit par Perrine Vernay (1947) sous le titre Lord Peter détective puis par France-Marie Watkins de : Strong Poison. Londres, Gollancz, 1930)
Les cinq fausses pistes. Paris, Librairie des Champs-Elysées, 1954
(traduit par Marthe Chaumié (1947) sous le titre Lord Peter en Ecosse, puis par Henri Thies de : Five Red Herrings. Londres, Gollancz, 1931)
Le mort de la falaise. Paris, J’ai lu, 1985
(traduit par Maurice Bernard Endrèbe, d’abord sous le titre Lord Peter et le mort du 18 juin (1973), de : Have his Carcase. Londres, Gollancz, 1932)
Lord Peter et l’autre. Paris, Librairie des Champs-Elysées, 1935
(traduit par Marie Mavraud de : Murder Must Advertise. Londres, Gollancz, 1933)
Les neuf tailleurs. Paris, Librairie des Champs-Elysées, 1957
(traduit par Miriam Dou de : The Nine Tailors. Londres, Gollancz, 1934)
Le cœur et la raison. Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2012
(traduit par Daniel Verheyde de : Gaudy Night. Londres, Gollancz, 1935)
Noces de crime. Paris, J’ai lu, 1986
(traduit par France-Marie Watkins de : Busman’s Honeymoon. Londres, Gollancz, 1937)

Swierczynski, Duane :

A toute allure. Paris, Payot & Rivages, 2011
(traduit par Sophie Aslanides de The Wheelman. New York, St Martin’s Minotaur, 2005)
The Blonde. Paris, Payot & Rivages, 2010
(traduit par Sophie Aslanides de The Blonde. New York, St Martin’s Minotaur, 2006)
Mort à tous les étages. Paris, Payot & Rivages, 2015
(traduit par Sophie Aslanides de Severance Package. New York, St Martin’s Minotaur, 2008)
Date limite. Paris, Payot & Rivages, 2014
(traduit par Sophie Aslanides de Expiration Date. New York, Minotaur Books, 2010)
Canari. Paris, Payot & Rivages, 2017
(traduit par Sophie Aslanides de Canary. New York, Mulholland Books, 2015)
Revolver. Paris, Payot & Rivages, 2020
(traduit par Sophie Aslanides de Revolver. New York, Mulholland Books, 2016)

5 réflexions sur “Auteurs de S à U

  1. Pingback: James Sallis dans ma toile | Moeurs Noires

  2. Pingback: James Sallis, solitudes et disparitions | Moeurs Noires

  3. Pingback: James Salter, Dean et Anne-Marie | Moeurs Noires

  4. Pingback: James Salter, Philip Bowman, les livres, les femmes | Moeurs Noires

  5. Pingback: Duane Swierczynski, Serafina Holland ou l’âge adulte imposé | Moeurs Noires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s