Accueil » Pol’Art Noir » Jean-Hugues Oppel » Jean-Hugues Oppel, Barjot !

Jean-Hugues Oppel, Barjot !

Quatrième de couverture :

Quand, dans la même soirée d’horreur et de sang, on vous massacre votre femme, vos enfants, Papy et Mamy et vos meilleurs amis, il y a de quoi devenir fou… Jérôme Dieudonné Salgan, lui, est devenu complètement barjot !

Les dix premières lignes :

Ils sont sept à table dans la cuisine.

Cuisine à l’américaine, avec bar et plan de travail verni, plaques électriques au milieu, placards encastrés et four vertical, ustensiles de cuisson nickelés pendus à la hotte aspirante, déco fausses briques réfractaires et acajou ignifuge. La table à manger est en bois clair. Pas de nappe. Des sets aux motifs agressifs façon pop-art antédiluvien, cadeau de la cadette pour la Fête des Mères. Une seule source de lumière : le tube au néon de la hotte. Clarté triste, étale.

Commentaire personnel :

Jérôme-Dieudonné Salgan évite le massacre en règle de sa famille, femme, filles, beaux-parents, amis invités d’un soir, grâce ou à cause d’une roue crevée. Une roue crevée par la faut d’un chauffard l’ayant obligé à faire un écart. Il recroise la même voiture un peu plus tard et va se persuader qu’elle a à voir avec le massacre.

Des services de police parallèle étouffent l’affaire, la bavure, car s’en est une, les exécuteurs s’étant trompés de cibles.

Jean-Hugues Oppel nous offre un roman à plusieurs voix où il s’amuse à naviguer entre espionnage, manipulation et vengeance froide, aveugle, confinant à la folie. La folie du titre.

Oppel jongle avec les figures imposées du genre, jongle avec les mots et nous emballe tout cela dans un style particulièrement plaisant. Il multiplie les trouvailles narratives, les présentations de situations originales, aussi débridées que le récit. Le sujet reste léger, les poncifs sont détournés pour notre plus grand plaisir. Ça se lit bien, sans effort, et avec une certaine gourmandise.

Des romans comme celui-ci, je pourrais en faire mon quatre-heures quotidien. Il faudrait que je m’y remette d’abord mais l’effort à fournir pour ça n’a rien d’insurmontable.

Vous avez aimé… vous aimerez peut-être :

Les autres romans de J.-H. Oppel qui a l’élégance de changer de style, de sujet, à chaque ouvrage. D’être méconnaissable, surprenant, à chaque bouquin. Jamais là où on l’attend, jamais là où on l’a déjà rencontré.

Publicités