Accueil » Pol’Art Noir » Tim Cockey » Tim Cockey, Le croque-mort a la vie dure

Tim Cockey, Le croque-mort a la vie dure

Quatrième de couverture :

Un petit boulot tranquille, croque-mort.

Une ville banale, Baltimore.

Une vie rêvée.

Jusqu’au jour où, au beau milieu d’une veillée mortuaire, une charmante demoiselle lui demande d’organiser son propre enterrement. Et voilà ce pauvre Hitch entraîné malgré lui dans une sombre histoire de chantage… où il a fort à faire pour ne pas se retrouver lui-même six pieds sous terre.

Les dix premières lignes :

Je vivais bien tranquille, accompagnant solennellement les morts à leur dernière demeure et, pour le reste, m’occupant principalement de mes petites affaires, lorsque le joli minois d’une certaine Carolyn James a fait irruption dans ma vie et a tout éparpillé aux quatre vents.

Certes, ainsi va la vie, pas vrai ? Il paraît qu’un truc aussi bête qu’un éternuement bien placé par la bonne personne au bon moment peut changer le cours de l’histoire. Je suis prêt à le croire. La vie est plus drôle comme ça. Mon ex-femme, qui a récemment embrassé le bouddhisme (entre autres attitudes provocantes), compare le cours de la vie à une longue marche semée d’embûches.

Commentaire personnel :

Voilà un livre à lire le moins possible en public, de peur de passer pour un idiot en riant ou éclatant de rire tout seul.

Comme le titre original l’indique (The Hearse you came in on), c’est une entrée. Celle d’un corbillard ou d’un croque-mort. Celle de Hitchcock Sewell, croque-mort, travaillant avec sa tante dans l’entreprise familiale. Il côtoie la mort tous les jours, profil idéal pour le genre de littérature que nous aimons. Pas si idéal que ça comme profil. Lorsqu’une jeune femme lui apparaît au cours d’une veillée funèbre et qu’elle finit par lui avouer qu’elle était venue dans l’idée d’organiser son propre enterrement, bien qu’il soit habitué à ce genre de démarche, il se dit qu’elle est un peu jeune pour cela. Pourtant la mort n’attend pas…

Hitchcock Sewell est lancé dans une aventure particulièrement risquée, bien malgré lui. Il se trouve au milieu d’une campagne politique à jouer les poils à gratter. Un poil à gratter qui devient de moins en moins agréable et qui frôle de plus en plus le danger.

Tout cela se passe à Baltimore, ville des Etats-Unis somme toute banale, mais où, comme ailleurs, tout arrive. Une fliquette un peu trop séduisante, un sheriff aux dents longues, un directeur de campagne sans scrupule et quelques autres flics à la morale élastique, forment un cocktail bien peu attirant mais parfait pour une histoire aux rebondissements multiples.

Et donc, Hitch nous raconte ses aventures avec une dérision particulièrement développée. Pour notre plus grand plaisir, ses saillies n’épargnent personne et surtout pas lui-même –n’est-ce pas là le signe d’un véritable sens de l’humour ?. Il faut le dire, on prend du plaisir à lire cette histoire finalement assez classique mais au ton unique, irrésistible.

Publicités